Amédée-0506-ok
« L’année 2020 a été marquée par la pandémie à COVID-19 qui a causé un choc sanitaire et économique sans précédent dans le monde. Malgré ce contexte difficile, le groupe a poursuivi ses efforts pour la réalisation de ses objectifs et est parvenu à maintenir une dynamique de forte croissance de ses activités et une amélioration de ses ratios d’exploitation. »
Amédée NONFON
Directeur Administratif et Financier
Directeur de la Trésorerie

Chiffres clés financiers 2020

155 395

millions de FCFA

2020
2019
2018
+5,8%

54 831

millions de FCFA

2020
2019
2018
+47%

9 440

millions de FCFA

2020
2019
2018
-48%

318

millions de FCFA

2020
2019
2018
-96%

5

francs CFA

2020
2019
2018
-96%

3 268 244

millions de FCFA

2020
2019
2018
+24%

1 584 872

millions de FCFA

2020
2019
2018
+16%

2 124 048

millions de FCFA

2020
2019
2018
+17%

105 405

millions de FCFA

2020
2019
2018
-5%
Oragroup a tenu son assemblée générale ordinaire le vendredi 18 juin 2021 à Lomé, en vue d’approuver les états financiers de la société au titre de l’exercice clos au 31 décembre 2020, publiés selon la norme internationale IFRS.
L’année 2020 a été marquée par la pandémie à COVID-19 qui a causé un choc sanitaire et économique sans précédent dans le monde. Malgré ce contexte difficile, le groupe a poursuivi ses efforts pour la réalisation de ses objectifs et est parvenu à maintenir une dynamique de forte croissance de ses activités et une amélioration de ses ratios d’exploitation. Par rapport à 2019, l’exercice 2020 s’est soldé par une taille de bilan de plus de 3 268 milliards FCFA, selon le référentiel IFRS, en hausse de 24% soutenue par la bonne performance en termes de collecte de ressources clientèle avec plus de 300 milliards FCFA de dépôts additionnels collectés soit une hausse de 17%. Notre soutien à l’économie de nos pays de présence est estimé à plus de 235 milliards FCFA en 2020. A la clôture de 2020, l’effectif est de 2 092 collaborateurs (+4%) avec 161 agences et points de vente (+2,5%).
Le produit net bancaire a connu une hausse de 5,8% grâce à une très bonne performance en termes de marge nette d’intérêts et à une préservation du niveau des commissions en dépit de la crise sanitaire.
Cette performance du PNB conjuguée au gel de certaines lignes de charges, a permis l’amélioration du coefficient d’exploitation qui passe de 68,3% en 2019 à 64,7% en 2020. Il faut cependant noter la dégradation du coût net du risque de crédit du fait notamment de l’impact de la crise sanitaire sur la capacité de remboursement de certains de nos clients. Cette dégradation s’est concentrée, sur les entités du Togo, du Tchad, du Sénégal, du Gabon et de la Guinée. Il faut également préciser qu’une partie significative de cette dégradation du coût du risque est due à un nombre limité de dossiers historiques. Nous avons pris les dispositions nécessaires pour un suivi rapproché de ces entités et un traitement spécifique de ces dossiers ce qui devrait permettre des reprises de provisions à ce titre à partir de l’exercice 2021. Les efforts très significatifs menés en termes d’amélioration de la qualité du portefeuille et de recouvrement devraient également permettre d’améliorer les performances de recouvrement sur les prochaines années.
La stratégie de maîtrise des risques opérationnels s’est également poursuivie en 2020. A titre d’exemple, nous avons initié des formations en ligne pour l’ensemble du personnel du Groupe pour une bonne compréhension et une prise en charge appropriée de ces risques. Les pertes opérationnelles ont ainsi baissé de 40% en 2020. L’analyse du résultat net dans les référentiels sociaux de nos filiales montre la progression du résultat au Bénin de 38%, en Mauritanie de 30%, au Gabon de 7%, sur le périmètre Côte d’Ivoire et succursales de 7% et au niveau de la Holding de 38%. Le Togo, le Tchad et la Guinée ont connu des baisses de profitabilité. La mobilisation des dépôts est une priorité permanente pour le groupe Orabank, un accent particulier étant mis sur les ressources faiblement rémunérées. Avec un taux de croissance de 17% par rapport à 2019, nous avons collecté plus de 300 milliards FCFA de ressources nouvelles après les 695 milliards mobilisés les deux dernières années.
Les crédits nets à la clientèle ont progressé de 16% comparés à décembre 2019 avec plus de 235 milliards de crédits directs à l’économie pour l’ensemble de nos pays de présence. Au niveau de la Holding, le chiffre d’affaires selon le référentiel SYSCOHADA est en hausse de 18% comparé à 2019 et expliquée essentiellement par la hausse des produits de financement structuré. Le résultat d’exploitation a progressé de 47% tandis que le résultat financier s’est dégradé avec une hausse des charges financières essentiellement expliquée par les billets de trésorerie contractés en décembre 2019. Avec la forte progression du résultat d’exploitation, le résultat net a connu une hausse de 38% comparé à 2019 pour s’établir à 7 565 millions de FCFA.
Les états financiers consolidés d’Oragroup SA au 31 décembre 2020 sont établis conformément aux normes comptables internationales (International Financial Reporting Standards – IFRS) telles qu’émises par l’IASB (International Accounting Standards Board).
Les vérificateurs, EXCO FICAO et KPMG, ont procédé à un audit des états financiers consolidés conformément aux normes internationales et pour l’exercice fiscal clos au 31 décembre 2020. Un niveau d’assurance raisonnable a été retenu.

Trésorerie du Groupe Orabank

34%

du PNB est issu des revenus de Trésorerie

0,4%

de croissance des revenus de Trésorerie

17 %

de croissance des dépôts de la clientèle

« Les activités de Trésorerie ont continué à tirer la croissance des revenus du Groupe en 2020, malgré la conjoncture difficile. La stagnation de revenus de change (commissions), du fait de la crise sanitaire et de son impact sur le commerce international, a été compensée par la hausse de la marge nette d’intermédiation Trésorerie, tirée elle-même par l’activité sur les titres d’Etats ; en ligne avec le soutien apporté par le Groupe à nos Etats pour faire face à la crise sanitaire. »
Julien KOFFI

Directeur de la Trésorerie PI

Directeur de la Trésorerie

Faits marquants de 2020

Au cours de l’année 2020, notre activité de Trésorerie est restée dans la tendance imprimée au cours des exercices précédents ; notamment en termes de contribution des revenus de Trésorerie au PNB du Groupe, les revenus de Trésorerie contribuant à plus du tier du PNB du Groupe.
  • Les équipes de Trésorerie sont restées focalisées sur nos principaux métiers contributeurs aux revenus : les fonctions ALM (Gestion Actif-Passif), Vente des produits de Trésorerie et le Trading.
  • Les revenus ALM (marge nette d’intermédiation Trésorerie) ont fortement augmenté et représentent 51% des revenus de Trésorerie. Les revenus de change et autres commissions (y compris le trading), du fait des baisses des volumes liées à la crise sanitaire, ont stagnés et n’en représentent plus que 49%. Pour rappel, le mix en 2019 était de 39/61 en faveur des revenus de change/commissions.
  • La Salle Des Marchés (SDM) du Groupe, basée à Orabank Togo, a obtenu les 7 agréments demandés et est désormais Spécialiste en Valeurs du Trésor (SVT) pour le Bénin, le Burkina, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.
  • A fin 2020, notre outil de gestion des risques de marché (ALM Pro) était en production dans les trois pays suivants : le Togo, la Côte d’Ivoire et le Bénin. La disponibilité dans toutes les filiales et succursale devrait être une réalité à fin 2021. Cet outil constitue une avancée majeure dans notre gestion des risques de marchés.
  • En 2020, les lignes de confirmation des opérations de commerce international (LC, SBLC, etc.) auprès des correspondants étrangers ont été maintenues à des niveaux confortables, malgré la crise sanitaire ayant impacté le commerce international. Cela a pu se faire, non seulement par l’augmentation de lignes existantes, mais aussi par le onborading de nouveaux correspondants majeurs.